Watch Certificate : certificat d'authentification de montre de luxe
Nous contacter
< retour
blog

Omega Speedmaster, la montre de l'espace

February 21, 2019

Omega Speedmaster

L'histoire de la Speedmaster remonte à 1957, date à laquelle elle a été introduite comme chronographe de sport et de course, confortant ainsi la position d'Omega en tant que chronométreur officiel des Jeux olympiques.

Le nom "Speedmaster" a été choisi pour sa lunette à échelle tachymétrique et suivant la convention Omega utilisée pour d'autres modèles comme la Seamaster - à l'origine, la Speedmaster faisait partie de la ligne Seamaster et la Railmaster.

Ce premier modèle de Speedmaster - référence CK 2915 également appelée "Broad Arrow" - a été conçu par le Suisse Claude Baillod et portait déjà certaines des caractéristiques type de la montre: la disposition du chronographe à triple registre, les index à fort contraste et la glace bombée en plexiglas. Le cadran était un exemple d'équilibre et de proportions parfaits. Le modèle avait des cornes droites, de larges aiguilles en forme de flèche et la lunette était en acier avec une impression noire gravée. Le diamètre du boîtier était de 39 mm.

Les origines de la Speedmaster

Le mouvement de prédilection était le Calibre 321 qui a été introduit en 1942 dans le cadre d'un projet commun entre Omega et Lemania, l'une des filiales d'Omega à l'époque. Le calibre 321 est reconnu comme l'un des meilleurs exemples de chronographe à embrayage latéral et à roue à colonnes. Il a été utilisé comme mouvement de base par Breguet, Patek Philippe et Vacheron Constantin dans divers chronographes. En 1946, le mouvement a encore été amélioré en ajoutant une protection contre les champs magnétiques et les chocs, ce qui s'avérera plus tard très important pour réussir les tests de la NASA.

En 1959, une deuxième version de la Speedmaster - la référence CK 2998 - est sortie avec des aiguilles alpha et une lunette en aluminium noir pour améliorer la lisibilité. Le diamètre du boîtier est passé de 39 mm à 40 mm et, pour la première fois, Omega a ajouté un joint torique autour des boutons poussoirs pour améliorer l'étanchéité.

Omega Speedmaster avec un Watch Certificate Steel

Enfin, avec la référence ST 105.002 en 1962 et la référence ST 105.003 en 1963, Omega a introduit les aiguilles typiques de la Speedmaster.

La même année un boîtier asymétrique de 42 mm, ajoutant une protection aux poussoirs et à la couronne du chronographe, est sorti. C'est le boîtier qui reste, peu modifié, en production aujourd'hui. Le marquage professionnel est apparu sous le logo de la Speedmaster sur le cadran pendant l'été 1965.

Ce sont les années des premières missions spatiales habitées.

Le programme spatial Mercury en solo était presque terminé (l'astronaute Wally Schirra avait porté sa propre Speedmaster réf. CK 2998 lors de son vol Mercury le 3 octobre 1962) et la NASA se préparait pour les missions Gemini et Apollo. Les astronautes de ces missions devaient se déplacer dans l'espace à l'extérieur du vaisseau et avaient donc besoin d'une montre-bracelet qui puisse résister aux conditions difficiles de l'espace.

À partir de 1962 environ, la NASA a acheté anonymement une série de chronographes de différentes marques, dans le but de trouver la meilleure montre disponible pour leurs astronautes dans l'espace.

En 1964, les montres satisfaisant à toutes les exigences préalables ont été officiellement achetées par la NASA et soumises à une série de tests et de processus de présélection appelés "procédures de test de qualification". Seules trois montres sur six chronographes ont survécu avec succès à cette pénible phase de présélection. Les finalistes ont ensuite été soumis aux tests les plus rigoureux de l'histoire de l'horlogerie.

Le 1er mars 1965, les résultats des tests ont été complétés et seule l'Omega Speedmaster a réussi. À l'époque, les testeurs de la NASA ont écrit : "Les tests opérationnels et environnementaux des trois chronographes sélectionnés ont été achevés ; et, à la suite de ce test, les chronographes Omega ont été calibrés et remis à trois membres des équipages de Gemini Titan III.

James Ragan, l'ingénieur de la NASA responsable des tests de qualification, a parlé de l'importance de la Speedmaster en disant : "La montre était un plan de secour. Si les astronautes perdaient la capacité de parler au sol, ou la capacité de leurs minuteries numériques sur la surface lunaire, alors la seule chose sur laquelle ils pouvaient compter était la montre Omega qu'ils avaient au poignet. Elle devait être là pour eux s'ils avaient un problème".

Curieusement, Omega n'a appris l'existence du voyage de la Speedmaster dans l'espace qu'après avoir vu une photo d'Ed White prise lors de la première sortie américaine dans l'espace dans le cadre de la mission Gemini 4 en juin 1965. La montre était attachée au bras par un long bracelet en nylon fixé par du Velcro.

Suite à cette découverte, Omega a décidé d'ajouter le mot "Professional" au nom du produit, devenant ainsi l'Omega Speedmaster Professional. 

La montre de l'espace

Le 20 juillet 1969, le premier alunissage habité a certainement été l'une des réalisations scientifiques les plus spectaculaires de l'histoire de l'humanité. Neil Armstrong a été le premier à poser le pied sur la surface de la lune. Comme le système de chronométrage électronique du module lunaire ne fonctionnait pas correctement, Armstrong avait laissé sa montre à bord comme une sauvegarde fiable. Dix-neuf minutes plus tard, il a été rejoint par Buzz Aldrin, qui portait son Omega Speedmaster Professional, la première montre portée sur la lune. Il s'agissait d'une Omega Speedmaster Professional avec un mouvement de calibre 321. Quelques mois après cette mission, la montre de Buzz a été volée et n'a jamais été retrouvée.

Cette même année, en hommage aux héros de l'alunissage, Omega a créé la Speedmaster BA145.022. Ce modèle était fabriqué en or jaune 18 carats et comprenait une lunette bordeaux rare, ainsi qu'une inscription sur le fond du boîtier qui disait : "pour marquer la conquête de l'espace par l'homme avec le temps, à travers le temps, à temps".

Cette Speedmaster en or abritait le calibre 861 et fut la toute première édition numérotée commémorative d'Omega, avec seulement 1 014 modèles produits de 1969 à 1973. La toute première a été créée pour le président américain Richard Nixon, le numéro deux ayant été attribué au vice-président américain Spiro Agnew. Ces montres ont cependant été rendues à Omega par la suite en raison du protocole strict de donation du gouvernement américain. Les numéros de modèle 3 à 28 ont été donnés aux astronautes de la NASA. Les montres 29 à 32 ont été offertes aux dirigeants de l'industrie horlogère et aux politiciens suisses, sans aucun numéro gravé. Le public a eu la possibilité d'acheter les numéros de modèle 33 à 1000.

De plus, pour commémorer cette réalisation exceptionnelle, les dos des boîtiers de la Speedmaster Professional ont été changés. L'Hippocampe gravé a été retiré et les phrases "La première montre portée sur la lune" et "Vol qualifié par la NASA pour toutes les missions spatiales habitées" ont été gravées. La disposition du texte a ensuite été modifiée en 1971 pour intégrer également l'Hippocampe au dos. Ce dessin du dos du boîtier est toujours utilisé aujourd'hui sur les montres Speedmaster Professional.

En 1970, après qu'une panne électrique ait provoqué une explosion dans l'Apollo 13 et que l'équipage ait dû évacuer vers le minuscule module lunaire Aquarius pour économiser l'énergie, le pilote Jack Swigert a utilisé son Speedmaster pour calculer avec précision les 14 secondes critiques de poussée des moteurs afin d'incliner la navette pour la rentrée dans l'atmosphère terrestre. En reconnaissance de cela, Omega a reçu le prix Snoopy des astronautes d'Apollo 13, "pour son dévouement, son professionnalisme et ses contributions exceptionnelles en faveur du premier projet américain d'alunissage habité".

En ce qui concerne ce dernier point, il convient de noter que l'on se demande encore si Jack Swigert a réellement utilisé la Speedmaster Professionals pour calculer les 14 secondes de poussée du moteur ou s'il a plutôt utilisé sa Rolex GMT Master personnelle qu'il portait avant de s'habiller pour aller sur la Lune, comme le montrent certaines photos. Comme Swigert n'a jamais nié la version officielle, il n'y a aucune raison de ne pas croire qu'il portait la Speedmaster pendant la mission.

Alors que l'exploration spatiale continuait à franchir de nouvelles frontières, l'Omega Speedmaster Professional a de nouveau été sélectionnée par la NASA en 1978 comme chronographe officiel du nouveau programme de la navette spatiale, après une nouvelle série de tests rigoureux. La Speedmaster a ensuite été soumise à des tests supplémentaires exténuants à bord de la station spatiale russe MIR entre juillet 1993 et juillet 1994. La réussite de ces tests d'endurance exceptionnels a été attestée par un certificat paraphé par l'équipage de MIR. L'Omega Speedmaster Professional est devenue la montre la plus testée au monde.

Omega a créé un certain nombre de variations introduisant des modèles automatiques, des tailles réduites, une version avec verre saphir à la place du plexiglas, ainsi que différentes couleurs de cadran et différents métaux de boîtier.

Omega a également lancé plusieurs montres Speedmaster Professional en édition limitée pour commémorer les anniversaires des différentes missions spatiales de la NASA. En 2009, deux montres Omega Speedmaster Professional Moonwatch Apollo 11 "40e anniversaire" en édition limitée ont célébré le premier alunissage habité : l'une en acier inoxydable et (7 969 pièces) ; l'autre en platine et en or jaune 18 carats (69 pièces). 

En 2019, pour célébrer le 50e anniversaire de la mission historique Apollo 11 et le premier alunissage, Omega a lancé deux éditions limitées du 50e anniversaire de la Speedmaster Apollo 11.Omega conçoit actuellement une Speedmaster capable d'accompagner l'homme dans une mission, prévue pour 2030, vers Mars où les températures vont de -133°C à 27°C.

Retrouvez des dizaines de modèles d’Omega Speedmaster d’occasion à prix imbattables sur Tradeewatches.com


Certifier sa montre avec le Watch Certificate™
La protéger et la valoriser avec 45 points de contrôle vérifiés par un horloger et validés par un expert indépendant.
COMMANDER MON WATCH CERTIFICATE™